mardi 15 septembre 2009

Franck : trois pièces sans numéro d'opus

Malgré de très nombreuses publications franckistes dans les Archives Werner Icking, l'amateur d'harmonium risque d'être globalement très déçu, car non seulement la registration est escamotée, mais en plus nombre de ces pièces ont été "tranformées" pour l'orgue, toutes conditions qui rendent la plupart de ces publications inexploitables pour l'harmonium (alors que l'on connaît le soin et l'ingéniosité justement manifestés par Franck, afin d'exploiter pleinement les "deux claviers virtuels" de l'harmonium... cf. par ailleurs "L'organiste").

Bien que non registrées, donc, certaines pièces ressortent tout de même du lot, pour leur rareté en premier lieu (puisque non publiées dans "L'organiste"), pour leur niveau d'écriture en second lieu (comparable aux meilleures pièces de "L'organiste" là encore...), et du fait que - pour notre bonheur - leur style d'écriture ne laisse guère de place à une registration sophistiquée que l'on ne pourrait reconstituer sans accéder aux sources originales.

Il s'agit d'un "Petit offertoire" et d'une pièce sans nom tous deux en do mineur, et d'une "Entrée" en mi majeur. Belles harmonies et conduite mélodique sans faille : du bon Franck pour l'harmonium, AMHA...

1 commentaire:

Olivier a dit…

Attention : Franck n'a jamais été le disciple de Lemmens. D'ailleurs leur technique était très dissemblable. Franck avait une très solide technique de pianiste et jouait de manière souple avec des articulations (voir les doigtés qu'il a réalisés pour l'édition en Braille des œuvres d'orgue de Bach), alors que Lemmens a inventé la technique du legato absolu, reprise par Widor, Guilmant et l'école de Dupré.